Forum RPG sur la série.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vampire level B || Night Class ▬
avatar

▬ Messages : 64
▬ Date d'inscription : 16/03/2012
▬ Age : 20
▬ Localisation : Derrière toi

MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku } Sam 21 Avr - 6:29

Hélas mes pauvres enfants, mes tendres amis, nous vivons dans un monde matériel. Même une pauvre petite vampire, vampire fatiguée et malmenée, même une pauvre femme en quête de repos ne peut profiter du plaisir d'avoir un repose pied sans devoir payer. Taxes, impôts, dettes. Tant de mots pour décrire la radinerie et la rapacité de toute une race, je nomme celle des sangs-purs. Mais toute mise en scène théâtrale à part, je n'avais pas l'intention de bouger. Même avec mes jambes dans ses mains, je ne changerai pas mes positions. Faut pas non plus pousser le bouchon trop loin. Au pire, que pouvait-il me faire. Me mordre ? Ce n'était pas très malin, je ne lui avais pas encore dit le sort réservé aux sangsues téméraires. Ô et puis, même si il me le demandait, je ne lui dirai rien. Mieux vaut avoir la surprise, dans ces cas là. Il fallait avouer que je ne m'étais pas mise en position des plus avantageuses. Que vouliez-vous, j'étais une femme, une pauvre femme, et face à la force de cet homme... Sans chanter ses louanges outre-mesure, il fallait admettre qu'il aurait pu très facilement m'attirer à lui en tirant sur mes jambes, ou encore accomplir les pires bassesses telles que les chatouillis sous les pieds. La dernière scène faillit me faire exploser de rire, mais étant une habituée du rattrapage de bourdes mentales, je me contentai de sourire, l'air presque innocente. Sans bouger mes jambes d'un millimètre, je me suis contentée d'écouter la fameuse proposition.

Ah c'était donc ça. Il était bien un sang-pur après tout, à toujours épier ses semblables à la quête de la moindre faiblesse de leur part. Alors comme ça il était interessé par les plans de Kuran-san hein ? Il voulait des informations hein ? Il avait l'air de ne pas savoir grand chose. Ignorait-il vraiment la rumeur qui traversait tous les couloirs ? Celle qui disait que la fille du directeur s'était entichée de Kuran-san, et que celui prenait un malin plaisir la faire chavirer. Bon, c'était peut être déformé, mais à toute rumeur il y a une part de vérité. Personnellement, je n'avais aucun problème contre ça. Au contraire, je comprenais parfaitement. Quoi de plus amusant que d'avoir un humain, un faible humain prêt à remplir le moindre de vos désirs ? O oui, si j'avais été Kuran, je serais restée dans cette école rien que pour voir cette humaine se soumettre. Pulsion sadique, mais toute à fait naturelle. Les vampires sont des animaux cruels, quoi que vous pouvez en penser. Et je ne faisais pas exception à la règle. Kuran non plus d'ailleurs. Cette humaine finira sûrement brisée, comme ma chère poupée l'est sûrement alors. Mais trêve de sombres discussions. La mission m'intéressait. Ou plutôt, la récompense. Car il y en aurait une, évidemment, je ne marche pas au bons sentiments. Nous vivons dans un monde matériel, et je suis une femme matérielle.

- Si ce n'est que ça, j'accepte. Sous certaines conditions. Mais comme tu dois le savoir, il y a une taxe à payer.

Simple vengeance. Réutiliser les mots de l'homme était juste quelque chose qui me soulageait un peu, alors que celui-ci tenait encore mes jambes. D'ailleurs, ne les mettait-il pas un peu trop près de sa bouche ? Je pouvais sentir son souffle sur ma peau. D'ailleurs, je ne tardai pas à sentir autre chose que sa haleine. Voilà qu'il recommençait. Sa langue passa sur l'une d'elle, laissant sûrement une trace visqueuse et baveuse à son passage. Urg. Est-ce que vous pouvez me rappeler ce qui m'empêchait de lui mettre mon pied dans sa face ? Ah, oui, cette histoire de rang. Vous êtes sûrs que je ne peux pas ? Interdit, défendu ? Ô pourtant que j'en mourrai d'envie. Lui mettre un bon coup de pied dans la mâchoire rentrait maintenant dans mes préoccupations d'un moment. Mais bon, dans ce genre de situation, le calme est de mise, même si la nervosité et l'énervement vibrent sous votre peau. Je n'ai donc pas bougé. Faire la statue était un de mes talents tout particulier. Surtout ces temps-ci.

J'avais été coupée dans mon élan. J'acceptais le contrat, certes, mais il restait que je me devais de poser des conditions. C'était primordial à toute association.

- Comme dit précédemment, je soumets tout de même des condition. Je ne ferai rien qui puisse mettre en danger le sort de l'Académie, et par la même occasion, de ses élèves. Evident, non ?

En effet. Si mes informations étaient utilisées pour faire chuter Kuran, et juste lui, je m'en fichais totalement. Les vampires sont des vampires. Que ma race s'éteigne d'un jour à l'autre, ça m'était bien égal. Au contraire, ça aurait été sûrement mieux. Un monde seulement peuplé d'humains. Mais bon, je ne m'avancerai pas plus. Cela me ferai juste réfléchir encore plus que d'habitude, parler plus que d'habitude. Il y a des fois où il vaut mieux reporter certaines choses à plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire level A ▬
avatar

▬ Messages : 41
▬ Date d'inscription : 17/03/2012
▬ Age : 23

MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku } Dim 22 Avr - 11:09


    Je rêvais où elle ignorait totalement ma remarque au sujet de ses jambes ? Là, ce n'était plus un jeu, elle se prenait réellement pour meilleure que moi, ou au moins mon égale. Devais-je la réduire à genoux devant moi ? Lui montrer qui de nous était en haut, et qui était en bas ? Seulement, m’emporter ainsi lui ferait bien trop plaisir, lui prouver que cela avait une quelconque importance à mes yeux, pouvoir percer mon calme habituel et me faire sortir de mes gonds,… Et puis, pensait-elle réussir à m’énerver pour si peu ? Du moins, si peu, c’était tout de même une grande entrave aux règles de notre société. Il y avait tout de même des limites à ce que l'on pouvait accepter.

    Et le summum fut lorsqu'elle employa mes propres mots pour continuer la conversation, preuve qu'elle m'avait bien entendu et qu'elle ignorait totalement ce que j'avais dit à ce sujet. Décidément, il me restait encore pas mal de travail pour qu'elle devienne une réelle marionnette. Regardez là, oser demander des contreparties pour son travail. Devais-je encore une fois appeler les demoiselles ? Ce deviendrait trop redondant. Devait-on encore passer par là ? Ne pouvais-je pas simplement user du fait que je lui avais sans doute sauvé la vie, qu'elle me devait une dette ? D'accord, la plupart des fois elle se trouvait dans de mauvaises postures, et cela par ma faute. Cependant, pour le coup avec la morsure, elle ne pouvait pas m'accorder la faute. C'était elle qui avait accepté ma requête, et il n'était jamais sujet que je doive lui permettre de se sauver ensuite, c'était à elle de tout faire. Malgré tout, je dus user de mes capacités afin de la tirer de la. Ce devait-être une contrepartie suffisante, non ?

    Cependant, je ne dis rien, pour l'instant. Les conditions auxquelles elle venait de faire allusion m'intéressaient, ou plutôt, avaient piqué ma curiosité. Mais je ne saurais dire si c'était en positif ou en négatif. La témérité de la demoiselle commençait-elle à me lasser ? Toujours des limites, des contraintes, des négociations, … Il fallait avouer que je n'avais pas l'habitude de prendre autant de tant avec une simple vampire, ils avaient l'habitude de m'obéir au moindre mot, et cela sans poser de question. Tandis qu'elle, Etsuko, devait toujours ouvrir la bouche lorsque je disais quelque chose. Emploi du prénom, abandon du vouvoiement, aucune intimité, aucune différence entre les rangs, se croire tout permis, voilà ce qu'était Etsuko. Seulement, à agir tout le temps de la sorte, elle risquait de s'y brûler les ailes.

    Mais pour le moment, écoutons ce qu'elle avait à dire. Elle ne ferait rien qui puisse mettre en danger l'académie ou ses élèves ? Attendez une minute… Elle croit réellement au rêve du vieux fou qui avait créé ce bâtiment ? Elle pensait réellement qu'humain et vampire peuvent coexister en paix ? Si tel était le cas, elle baissait grandement dans mon estime. Ne se rendait-elle pas compte que tout cela ne fonctionnait que grâce à la présence d'un sang pur là-bas ? Si celui-ci décidait de partir, la paix ne serait plus possible, les vampires ne se retiendront plus. Et elle croyait à ce fantasme qui ne fonctionnait qu'à l'aide de la présence de l'un de mes semblables ? Si oui, ce serait avouer que je sois important, qu'elle a besoin des sangs purs, et donc qu'il n'y a pas lieu de procéder à des contreparties. En tout cas, je devais souligner la contradiction dans son discours. Mais avant cela, ces jambes me gênaient réellement.

    Mes mains encore posées sur ses jambes, je resserrais mon étreinte avant de tirer la demoiselle vers moi. Ses fesses remplacèrent ses jambes au niveau de mes genoux, encore une fois. Je la voulais près de moi afin de mieux observer les traits de son visage, qu'aucun détail ne m'échappe. Mes bras faisaient le tour de la demoiselle avant de s'arrêter dans son dos, afin de la garder proche de moi. Mon visage près du sien, mon regard ancré dans le sien, je lui murmurais ces quelques mots :

    " N'y a-t-il pas comme un souci dans ce que tu as dit ? Ne rien faire contre les élèves… Kuran est un élève… "

    Sa réaction m'en apprendra déjà plus sur sa position par rapport à l'académie. D'ailleurs, je ne savais toujours pas pourquoi elle se trouvait dans cette école. Les études, ou bien ce fantasme ? Qu'est-ce qui l'intéressait, elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire level B || Night Class ▬
avatar

▬ Messages : 64
▬ Date d'inscription : 16/03/2012
▬ Age : 20
▬ Localisation : Derrière toi

MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku } Sam 28 Avr - 13:34

Je suis sûrement bien trop bornée et têtue. Je refuse sûrement d'admettre que la plupart de mes idées et de mes actions sont complètement folles. Folles. Comme moi. Mais je préfère avoir mes propres idées, plutôt que suivre sans cesse des choses que l'on vous impose depuis que vous rampez. Un jour, je finirais sûrement par être brisée. Comme une simple poupée. A force de vouloir faire tout ce que les autres ne font pas, je finirais sûrement par me tuer. Oui, je savais que je ne mourrai pas vieille. Je suis sûre que je n'aurai jamais d'enfants. Tant mieux d'ailleurs. D'une part, voir ces pauvres choses affublées d'une mère incapable et psychopathe me fendrai le cœur ; d'une autre, m'approcher, ou plutôt créer ces nids de problèmes, de bave et de microbes … non, très peu pour moi. Je suis trop éprise de liberté pour créer mes propres entraves et sceller mon destin. Ah oui, vous vous demandez sûrement pourquoi je raconte n'importe quoi, hein, comme d'habitude. Et bien parce que là, je ne le sentais vraiment pas. Il m'avait, comme je le pensais, tiré à lui, formant une cage autour de moi avec ses bras. Dans ce genre de position plus qu'inconfortable, alors que tous vos sens vous hurlent de fuir mais que vous vous acharnez à rester sage, vous pouvez vous permettre de faire une petite remise en question. Si dans un futur proche je ferai par malchance quelque chose qui me coûterai la vie, j'aurai au moins pu parler de sujets qui ne m'effleurent jamais l'esprit. Maintenant, revenons à nos moutons.

J'avais mal au ventre. Ma tête tournait. Et ma gorge brûlait. C'était sûrement le sang impur que j'avais ingurgité un peu plus tôt qui me procurait cette sensation de totale faiblesse. A moins que le fait de rester trop longtemps au contact d'un sang-pur était l'équivalent de se faire irradier. A vérifier. Masahiro me regardait comme si … il ne me comprenait pas. Si, si, je connaissais ces yeux de merlan frit. Ces yeux qui montrent parfois de la terreur, de la honte ou du mépris. Ces yeux qui me dévisageait depuis le jour de ma naissance. Ils ne me quittaient plus. Même qu'en j'étais seule, prostrée, à demi morte, ils continuaient de hanter mes rêves. Et bien, c'était sûrement ma malédiction. Une des chaînes qui m'empêchaient de pouvoir être complètement libre.
Ah oui. J'avais parlé de « défendre » l'Académie après tout. Et il était bien le genre de personne à se moquer éperdument des humains. Il devait faire partie de ces personnes qui pensaient que ce n'était qu'un rêve, qu'un château de sable. Bien sûr que c'est un rêve. Les vampires sont nés pour tuer les humains. Rien ne pourra changer ce fait. Mais je préfère à 100 fois faire des rêves éveillés que de rester cloitré dans un monde qui ne me plaît pas du tout.

Ses yeux écarlates s'étaient ancrés dans les miens. C'était bizarre d'ailleurs. Vampires que nous sommes, nos yeux prenaient cette couleur lorsque le sang coulait devant nous. Mais ses iris à lui semblaient continuellement vous dévorer. A vous en glacer le sang. Enfin, si seulement nous n'étions pas déjà des êtres de sang froid. Bon, les rubis qu'il avait à la place de ses yeux avaient pour avantage de vous déstabiliser un moment. Mais pas pour longtemps. Du moins, dans mon cas. J'ai répondu à son regard en plantant mes yeux d'ambres dans les siens. C'était bizarre, c'était lourd, c'était long. Mais j'aurais pu rester des heures comme ça, à créer un rapport de force entre nos deux regards. Puis la question tomba, soufflée, murmurée, comme s'il s'agissait d'un secret des plus confidentiels.

C'était lui qui était parano ou moi qui m'exprimait mal ? La première option me semblait très réaliste. Je veux dire, il avait été sûrement élevé avec pour principe de ne se fier qu'à lui. C'était un sang-pur après tout, et les sangs-purs sont obligés de vivre seuls. Car quiconque pourrait les trahir. Oui, il était sûrement méfiant. Trop méfiant. Mais bon, il est vrai que je ne me rendais pas toujours compte de ce qu'il sortait de ma bouche. Dur de déterminer qui était en tort. Répondre m'ennuyait. Parce que je savais d'ores et déjà qu'il allait se moquer de moi, ou bien essayer de me montrer que j'avais tort. Et rien n'était plus barbant que quelqu'un qui essayait toujours d'avoir raison. Regardez moi un peu, je dois être la personne la plus insupportable que vous connaissez. Mais c'est parce que j'ai souvent raison. Bref, il cherchait la petite bête, et disait des choses qui n'étaient pas nécessaires.

-Je pensais plutôt aux élèves humains. Le sort des vampires n'est pas le centre de mes préoccupations.

Au risque de le décevoir, je n'allais pas lui fournir d'explications supplémentaires. Fallait pas pousser le bouchon trop loin. Déjà que j'acceptais de rester gentiment sur ses genoux, de le servir et de l'aider dans ses occupations crapuleuses, qu'il ne me demande pas de raconter ma vie hein ! Et encore moins d'épiloguer sur ma manière de penser, que je ne comprenais moi même pas complètement. Il fallait revenir au vif du sujet. Au paiement, à la récompense, à ce qu'il était prêt à offrir pour que la qualité de mon service soit optimale.

-Qu'es-tu prêt à m'offrir en échange ? Sache que je ne suis pas une voleuse. Si tu me donnes quelque chose de qualité, mon service sera de qualité. Et cela marche bien sûr dans l'autre sens.

J'affichai un petit sourire. Qu'allait-il me proposer ? Allait-il me demander ce que moi je désirais ? Et bien pour l'instant, je n'y avais pas pensé. Son sang, certes m'attirait fortement. Et briser le tabou qu'est de demander le sang d'un sang-pur était une idée fort intéressante. Mais c'était trop précipité. Et son sang, je voulais le garder pour la toute fin si possible. Alors, alors que pourrais-je bien demander au Père Noël cette année, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire level A ▬
avatar

▬ Messages : 41
▬ Date d'inscription : 17/03/2012
▬ Age : 23

MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku } Sam 5 Mai - 22:24


    Maintenant que nos positions avaient changé, je pouvais de nouveau me concentrer sur l'essentiel. Que ce soit elle et non ses jambes sur moi était tout de même plus agréable, plus confortable, plus élégant, et surtout moins dégradant.

    Fascinante, voilà ce qu'était ce qui sera bientôt mon nouveau jouet. J'aurais alors tout le loisir de l'étudier. Il fallait avouer qu'elle était atypique : tenir tête à un sang pur, ne pas hésiter de s'en prendre à un membre du sénat, prendre soin du sort des humains, ... C'était bien la première fois que je rencontrai une telle vampire, une nouvelle distraction à la hauteur de mes attentes, espérons seulement qu'elle ne se brisera pas tout de suite.

    Nos regards se défiaient, rubis contre ambre, deux pierres précieuses, les rassembler feraient un joli joyaux, mais il me fallait d'abord installer les fils sur la marionnette. Cependant, son étude me semblait tout aussi intéressante.

    A l'écouter, on dirait qu'elle préfère l'espèce humaine aux vampires, qu'elle les apprécie, alors qu'elle se nourrit de leur sang. Étrange paradoxe. Demandez à Hitler s'il aime les juifs, ou Bush s'il apprécie les communistes. Ils répondront sans doute oui, mais uniquement en dépouille. Il me fallait savoir ce qu'elle leurs trouvait. Enfin un sujet intéressant. Et son opinion comportait l'ensemble de l'humanité ou seulement les élèves de l'académie ? C'est ainsi que je sautai sur l'occasion lorsqu'elle demanda sa récompense.

    " Un repas, afin de remplacer ce goût que tu as dans la gorge pour un nectar plus doux, plus délicat, ... "


    N'attendant pas la réponse, une illusion apparue devant le propriétaire des lieux, réclamant le repas du sang pur, ou, pour être plus précis, l'humain souhaitant devenir vampire, et l'homme acquiesça.

    Vous vous demandez sans doute pourquoi le sénat en a gardé un sous le bras. Et bien, disons que plus jeune, où mon mépris du sénat n'était pas tout à fait masqué, je m'amusais dans un type de divertissement que je nommais le caprice, non pas celui des dieux mais du sang pur. Afin de passer le temps et de lutter contre l'ennuie, j'utilisais ces vampires voulant tellement s'attirer mes bonnes grâces. Ainsi, l'un d'entre eux eut droit au caprice du repas, et depuis lors ils sont devenus prévoyants.

    L'on toqua à la porte et je donnais la permission d'entrer tout en dissimulant Etsuko sous une illusion. Le repas entra, et je dévoilai la demoiselle une fois la porte refermée et le vampire accompagnateur dehors.

    Le repas était un mâle, jeune et élégant, d'une vingtaine d'années, la vie, bien qu’éphémère, encore devant lui. Bien habillé, il s'inclina respectueusement devant nous pour nous saluer. Pas encore buveur de sang qu'il se comportait déjà comme un aristocrate bien éduqué. Mon regard se retourna vers la demoiselle, ignorant totalement le nouveau venu.

    " Alors Etsuko ? Cet humain est venu pour être mordu par un vampire. Acceptes-tu cette récompense ou préfères-tu que ce soit moi qui le morde ? "

    Cruel dilemme, n'est-il pas ? Je lui donnais le choix entre blesser un de ces humains qu'elle aime tant, ou assister à sa transformation en vampire. Jusqu'où aller son amour de l'humanité et son dégoût des vampires ? Le repas, dans un souci de paraître bien, et ne sachant pas que seule ma morsure réalisera son rêve de longévité, s'exprima en disant que l'on pouvait disposer de lui comme bon nous semble. Quel gentil humain que voilà...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire level B || Night Class ▬
avatar

▬ Messages : 64
▬ Date d'inscription : 16/03/2012
▬ Age : 20
▬ Localisation : Derrière toi

MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku } Mer 9 Mai - 4:56

Il m'avait répondu directement, sans prendre le temps de réfléchir. Et ça, je le sentais mal. Je le sentais pas bon mais alors pas bon du tout. Il me parlait de repas. Mais à voir sa tête, il n'allait pas se saigner pour moi. J'ouvris la bouche pour protester. Mais je me tus. Qu'est ce qu'il avait derrière la tête ? Impossible de le deviner. Il était de loin l'être le plus tordu que j'eus l'occasion rencontrer, et essayer de prévoir ses actions m'était tout simplement impossible. La seule solution, c'était attendre. Mais qu'est ce que je détestais ça. La moindre seconde me paraissait des heures. J'avais l'impression d'avoir vieilli de 200 ans quand l'on toqua à la porte. Arrêt. Ca ne pouvait pas être possible. Il n'oserait pas. Que j'étais stupide. Bien sûr que si il le ferait. Il était un sang-pur dont les caprices et crimes sont essuyés d'un revers de main. Un jeune homme était entré dans la pièce. Un jeune homme humain. Et c'était bien ça le problème. Il s'approcha et s'inclina devant nous. Imbécile.

Idiot, crétin, demeuré. Qu'est ce qu'il venait faire là hein ? La voix mielleuse de Masahiro résonna à mes oreilles. Il voulait se faire changer en vampire. Aaaah, mais quel débile ! Non mais j'enrageais. En plus, l'autre tordu me faisait clairement du chantage. Il avait vu que je tenais aux humains, et s'en servait pour faire pression. Ah, que j'étais stupide. Vraiment. Pourquoi je pouvais pas faire comme les autres et me bâfrer de sang humain sans y trouver le moindre problème hein ? Tant pis, faudra faire avec. Les humains étaient une partie de moi, et les laisser aurait été comme trahir ma propre personne. Et pour en rajouter une couche, cet abruti se sentit obligé de dire que l'on pouvait tout faire de lui. Non mais oh. Il y a une limite à la crétinerie non ? Mais bon, il n'y avait nul besoin de réfléchir. Je n'allais pas le laisser se transformer en vampire, peu importe ses raisons. Et aucune discussion n'était envisageable .Pas quand j'étais dans cet état d'esprit.

Je me défis quelque peu violemment de l'étreinte du sang-pur. Bon, il l'avait bien mérité après tout. Les machoires crispées, les bras raides, je me suis dirigée vers ce pauvre imbécile qui attendait son sort. Il leva la tête vers moi en décochant un sourire effrayé. Oui, ma colère devait sûrement suinter par tous les pores de ma peau. Mais c'est à ce moment précis que je pus voir parfaitement son visage. Et ses yeux sombres et profonds. Choc. Vibration. Quelque chose avait bougé dans ma poitrine. Un tiroir, un coffre, une boîte de Pandore que j'avais pris soin de fermer à double tour afin que personne ne se rende compte de son existence. Il lui ressemblait. Ou peut être pas. En fait, il n'avait sûrement probablement rien avoir avec lui. Mais le fait de voir cet humain offert à moi me rappelait étrangement la folie qu'avait commis mon « père », et la douce tendresse de mes jours d'enfance. Il avait été mien. Il avait été mon confident. Et on me l'avait retiré. Cruellement et sauvagement. Oui, le fait de recevoir une offrande avait réveillé quelque chose en moi. Mais cette chose, aussi puissante soit elle, n'était pas du chagrin. Je n'étais pas brisée. J'étais résolue, et surtout en colère. Je lui ferai payer à ce vampire trop prétentieux. Je me vengerai un jour de ce chantage éhonté. Un jour, quand il aura baissé sa garde. La vengeance est un plat qui se mange froid. Je n'avais qu'à noter ça dans un coin de ma tête pour l'instant.

Ayant pris un masque enjoliveur, je tendis ma main vers le jeune homme qui se tenait devant moi. Il l'attrapa sans la moindre once d'hésitation. Il n'était même pas au courant de la hierarchie présente au sein des vampires. Il n'avait sûrement pas la moindre idée de ce qu'il allait lui arriver. Level End ? Ce mot lui était probablement inconnu. Et le pire, c'est qu'il était prêt à faire pleinement confiance à un sang-pur qui l'abandonnerai dès la besogne effectuée. Embrouillée par les arguments qui piquaient sans cesse mon esprit. Je me jetai sur lui, couvrant sa bouche pour ne surtout pas entendre ses cris. Quand mes crocs pénétrèrent sa chair tendre, quand son sang, si doux et si suffocant emplit ma bouche, je crus perdre la raison. Des souvenirs affluèrent en moi en une déferlante qui me fit mal au crâne. Je sentis que l'humain dans mes bras ne bougeait plus. Il s'était évanoui. J'ai passé un dernière fois ma langue pâle sur son cou, avant de doucement le poser par terre. Je fis violemment volte-face vers Masahiro. J'étais en colère au point que je n'avais même pas pris la peine d'essuyer ma bouche. Il pouvait facilement deviner ma haine. N'importe qui aurait pu la deviner.
Pourtant je me suis contentée de sourire. Un de ces sourires glacials, qui vous montraient clairement ce que vous pensiez, mais qui montrait que vous vouliez faire face. Je fis deux pas en avant, lentement, avant de dire avec ironie :

-Merci pour le repas.

Mes yeux avaient à présent la même couleur que le sien. J'étais sûrement encore trop grisée par l'odeur du sang, mais je lui faisait face, le fixant.Je ne sais pas ce qu'il voulait. Il voulait me voir pleurer peut être ? En touchant à un de mes points faibles ? Et bien il pouvait rêver. Ce genre de coup bas me rendait plus forte. Je sentais le sang de l'humain autour de ma bouche. Il y en avait qui coulait aussi doucement le long de ma main. Puis sur ma robe, déjà bonne à jeter, s'étalait une tâche pourpre s'impregnant dans le tissu. Je ne bougerai pas. Je ne ferai pas un seul mouvement capable de trahir ma résolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire level A ▬
avatar

▬ Messages : 41
▬ Date d'inscription : 17/03/2012
▬ Age : 23

MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku } Sam 12 Mai - 21:22


    La réaction de la demoiselle fut à la hauteur de mes attentes. Un sourire fourbe et satisfait se dessinait sur mes lèvres dès lors qu'elle se libéra quelque peu violemment de mon étreinte. Tandis qu'elle avançait vers l'humain, je percevais comme une légère aura meurtrière autour d'elle. Avais-je mis le doigt sur une corde sensible ? Elle eut comme un moment d'étonnement devant lui, un instant d'égarement. Un traumatisme qui remontait ? Des souvenirs qui la hantaient ? Peut-être que la raison de son amour pour les humains lui venait à l'esprit, et ce fut d'ailleurs ce que je pus confirmer en lisant brièvement en elle. Mais je ne creusais pas davantage avec mon don, je ne voulais pas tout savoir de suite, sinon cette distraction n'en sera plus une. Avec le temps, j'avais appris à faire durer les jeux. Toujours y aller partie par partie, car sitôt l'entier obtenu, le jeu ne nous intéressera plus.

    Le moment où la demoiselle allait prendre sa récompense débuta. Prenant d'abord la main de l'humain, elle s'approcha de lui, plaquant sa paume sur sa bouche, elle fendit sur son cou, tout croc dehors. Aucun son ne s'échappa de la bouche de l'humain, preuve qu'elle savait s'y prendre avec eux, ce n'était pas la première fois. Et heureusement, car un vampire n'ayant jamais bu le sang d'un humain ne peut exister ! L'odeur du sang emplissait lentement la pièce, transformant mes pupilles en un rouge encore plus pourpre. Etsuko semblait aimer cela, vu qu'elle alla jusqu'à l'évanouissement du repas. Et ce dernier coup de langue sur sa gorge, de la douceur envers l'humain ou une satisfaction du repas ? Bien que j'avais déjà ma petite idée sur la réponse.

    La bouche encore tâchée de sang, elle se tourna vers moi. Le regard haineux et un sourire glacial aux lèvres. Pourtant, je soutenais son regard d'un air satisfait. Elle s'avança de deux pas avant de me remercier pour le repas, mais je sentais bien la touche d'ironie dans ses paroles. Droite comme un piquet, elle restait immobile telle une statue montrant éternellement sa fierté. Seulement, elle n'était pas une statue, elle avait des faiblesses, et je comptais bien les exploiter pour me divertir un peu.

    " Alors comme ça, la protectrice des humains sait comment y faire pour boire discrètement leur sang ? En plus de ça, elle n'arrive pas totalement à se contrôler, allant jusqu'à rendre son repas inconscient ? Pathétique. Si tu veux les protéger, occupe toi d'abord de toi-même. Un vampire affamé qui rend sa cible malade alors qu'il souhaite la protéger… Ta motivation est-elle si faible ? "

    Une fois ma touche de sournoiserie faite, je n'avais plus grand-chose à faire ici. Je m'étais bien amusé, Etsuko était un bon divertissement. En plus de cela, elle allait me servir au sein de l'académie. D'une pierre deux coups. Me levant, j'avançais lentement vers la porte, passant à côté de la demoiselle, tout en lui rappelant :

    " Comme tu as accepté le repas, tu as pris ta récompense. Tu n'es pas une voleuse, selon tes dires. Dans ce cas, à toi de faire ta partie du marché. Je n'ai plus rien à faire ici, mais je te conseil de rester dans cette pièce durant quelques heures encore, histoire qu'il y ait moins d'aristocrates pour que tu puisses t'échapper. A moins que cela te dérange de rester avec cet humain dans une pièce saturée de l'odeur de son sang, protectrice des humains ? "

    Tout en ouvrant la porte et en quittant la pièce, je lançais un dernier :

    " N'oublie pas ta part du marché. "


    Avant de refermer la porte et de partir en direction de ma résidence, finalement content d'être venu à cette réception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku }

Revenir en haut Aller en bas

Réception ennuyante, mais rencontre alléchante { Etsuko Shinku }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Orlando ⊱ Non mais allô quoi, t'es un bad boy et tu fumes pas ?!
» VIKTORIYA ▬ Non mais allô t'es une fille et t'as pas de shampoing ?! • En cours.
» Une Isabella perdue & une odeur alléchante. [PV P'tit Tuc ^0^]
» Proposition alléchante | Cléo
» Une soirée alléchante... | Primrose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight :: En dehors de l'académie :: Bâtiments du Sénat-